Ferrari au dessus des lois ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ferrari au dessus des lois ?

Message par cazzu le Mer 8 Sep - 20:12



Par Emmanuel MOINE (Cazzu)


Lorsqu’il y a un an, jour pour jour, Jean Todt était nommé à la tête de la FIA, les puristes voyait s’augurer de nouveaux jours pour la formule 1. L’affaire du Crash Gate n’étant qu’un lointain souvenir, nombreux furent ceux à croire au retour d’une véritable impartialité de la part de plus grande fédération automobile au monde. Couper avec des décennies de règne Mosley, trancher avec l’omniprésence d’un Bernie Ecclestone vieillissant, définitivement s’éloigner d’une gestion Balestre, tel était le programme de campagne de l’ancien patron de la Scuderia. La FIA devait entreprendre un vaste ménage, or aux vues du jugement d’aujourd’hui, on en serait presque à regretter la candidature d’un Ari Vatanen, à l’époque agacé par cette toute puissante bureaucratie britannique.
Aujourd’hui se tenait donc le conseil mondial extraordinaire de la FIA, suite à l’imbroglio Alonso/Massa, lors du grand prix d’Allemagne, le 25 juillet dernier. Pour une fois, il ne valait pas la peine de trainer près de la place de la concorde à Paris, ou se situe le siège de la fédération. Des pilotes pas conviés à venir témoigner au tribunal, un président de la FIA aux abonnés absents, voila dans quelle configuration a débuté, aux alentours de 15h, ce conseil aux conclusions si prévisibles. Ferrari est donc blanchi, aussi limpide que les panneaux publicitaires Marlboro qui ornent le capot rouge des monoplaces pourtant interdites de communication sur le tabac, depuis quatre ans.

Rappel des faits.
Sur le circuit de Hockenheim, les deux Ferrari se jouent dès le départ de la RedBull de Vettel pour mener la course avec une avance confortable des le premier virage. Alors qu’ils se livrent une bagarre mouvementée en tête de peloton, reléguant leurs concurrents un plus d’une dizaine de secondes, Alonso tente sa chance en bout de ligne droite, sans succès, bien trop loin de son concurrent. Il se feindra, par radio, d’un hargneux « c’est ridicule », s’autoproclamant n°1 d’une écurie secouée par l’irrégularité de deux postulants au titre mondial, en pleine délicatesse. Si l’anecdote fit sourire tous les téléspectateurs jusqu’alors mort d’ennui devant leur télévision, l’épisode du maintenant très fameux 49ème tour venait à leur rappeler la triste réalité d’un sport ou comptabilité et fair play ne font jamais très bon ménage. « Fernando est plus rapide que toi. Peux-tu nous confirmer que tu as bien compris ce message ? », tels furent les mots du muret italien adressés à un Massa muet et désabusé. Quelques mètres plus loin, le brésilien acquiesça en laissant passer son coéquipier dans une portion du circuit ou il était pourtant le plus rapide depuis le début de la course. La fin de l’histoire, vous la connaissez, Alonso l’emporte et Massa lâchera, les yeux englués de haine et de rage, un simple « Je méritais de gagner » avant de quitter la conférence de presse d’après course.

Les arrangements entre amis ne sont pas nouveaux en formule 1. Ce n’est également pas une pratique naissante chez Ferrari déjà coutumière du fait en 2002, lorsque Barrichello dû céder sa place de leader, en Autriche, dans les derniers hectomètres, au profit de Michael Schumacher, sur ordre d’un certain Jean Todt. A l’époque, « faute de preuves réel », la FIA avait sanctionné financièrement l’invitation faite par Schumacher à Barrichello à le rejoindre sur la plus haute marche du podium. Juste ridicule…
L’affaire du grand prix d’Allemagne ne serait pas choquante si un article du règlement (25-2 du code sportif), depuis l’épisode autrichien, ne prohibait toutes consignes d’équipe, de toutes formes qu’elles soient. Pourtant, aujourd’hui Ferrari est blanchie et l’honneur de la F1 quelque peu salit.
Mais revenons-en au jugement et aux explications de cette non-sanction. La FIA a donc statué en jugeant que le nombre de preuves était insuffisante pour condamner l’écurie au cheval cabré à une peine exemplaire. La seule pièce du dossier étant la conversation radio précédemment citée, il apparait alors clair que la preuve est faite mais qu’elle ne suffit pas. Alors pourquoi ne pas avoir interrogé les pilotes ? Pourquoi avoir sanctionné financièrement l’écurie si elle n’a rien à se reprocher ? Nous pourrions même allez plus loin dans cette logique et nous demander pourquoi avoir érigé un règlement si son autorité décide de ne pas l’appliquer. Existerait-il une jurisprudence Ferrari, alors que Renault et McLaren assumèrent sans broncher de très lourdes sanctions pour comportement antisportif ?

S’il n’y a eu explicitement de consignes, si l’on ne peut s’en prendre à l’institution Ferrari alors pourquoi ne pas adopter ou du moins comprendre la position des médias auriverde qui stigmatisent l’attitude de Massa. Un an après son terrible crash qui aurait alors pu lui coûter la vie, le pilote brésilien, vice champion 2008, aurait pu renouer avec la victoire de la plus belle des manières, lui si souvent contesté depuis le début de la saison. En refusant de s’intercaler derrière son coéquipier, il aurait alors envoyé un signe fort à son écurie et gagner en légitimité parmi ses pairs. Qui aurait pu lui reprocher de ne pas respecter une consigne interdite ? Qui n’aurait pas loué son geste ? C’est justement sur cet acte que le brésilien a montré qu’il n’avait pas l’étoffe d’un champion du monde, non pas en terme de talent mais d’égo. Jamais un pilote de sa trempe n’aurait dû s’écarter.

Du côté de la FIA, l’heure est à la discrétion. La fédération se retrouve empêtrée dans une affaire dont elle est la seule à sortir vaincu. On parle même d’un colloque, qui sera mené dès la semaine prochaine afin d’établir de nouvelles règles à propos des consignes d’équipe. Si Bernie se frotte les mains d’un suspense relancé du côté sportif (ndlr : si la victoire en Allemagne lui avait été retiré, Alonso n’aurait pu continuer à prétendre à la course au titre), il ne reste plus qu’à Ferrari de montrer toute la majesté que lui confère ses privilèges. Il s’agira pour Alonso de remporter le titre sous peine de voir cette manœuvre désespérée l’écorner un peu plus. Il s’agira pour Ferrari de remporter le titre suprême au moins pour montrer que ce geste n’aura été dénué de tout intérêt.


avatar
cazzu
Pilotes GP3
Pilotes GP3

Masculin Messages : 228
Age : 29
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrari au dessus des lois ?

Message par Cmoi le Mer 8 Sep - 21:08

Bel article cazzu...

J'aime bien ta conclusion... Very Happy

Cmoi
FOM
FOM

Masculin Messages : 36
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrari au dessus des lois ?

Message par Invité le Mer 8 Sep - 21:24

oui, mais c'est triste comme affaire, je crois que c'est le seul sport où on a beaucoup de déceptions de ce genre là...merci pour l'article.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrari au dessus des lois ?

Message par cazzu le Jeu 9 Sep - 11:30

ouais c'est à dire, comment tu veux faire appliquer le règlement ? Et puis apres tout, les consignes d'équipes, c'est pas si grave que ca !!

Moi c'est Massa que je ne comprend pas ! C'est la que tu vois aussi tout le travail de sape fait par Alonso. Je m'en rappelle déjà en Australie il avait demander à son stand de faire rentrer Massa parcequ'il était plus lent !!! chose biensur complètement fausse, du bluff facon alonso ! et puis a force de mettre la pression le board a laché au moment le plus opportun !!! Pauvre massa ! Seul Webber ou Button aurait continuer d'attaquer !
avatar
cazzu
Pilotes GP3
Pilotes GP3

Masculin Messages : 228
Age : 29
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrari au dessus des lois ?

Message par Invité le Jeu 9 Sep - 14:11

vous etes comme les romains qui allaient au cirque il y a 2000 ans, s'il n'y pas de sang ca vous paraient fade.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrari au dessus des lois ?

Message par Invité le Ven 10 Sep - 22:36

La FIA a merdé sur ce coup-là, ca ne tient pas la route une seule seconde de sanctionner à moitié tout en déclarant qu'il n'y a pas de preuves, et de ne rien faire pour en avoir... Je comprends pas que Jean Todt ait accepté une telle décision, même s'il était lui-même adepte des consignes, il lui suffisait de les autoriser si l'interdiction lui posait problème... Parce que la ca fait vraiment pas sérieux... Et je comprends pas que Bernie se frotte les mains d'un scandale qui entâche un peu plus l'image de la F1.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrari au dessus des lois ?

Message par BBBenj le Sam 11 Sep - 17:54

Coucou !

C'est tout simplement insensé, au sens littéral du mot...

Soit il n'y a pas de preuves de consigne et dans ce cas, Ferrari est relaxée.

Soit il y a des preuves de consigne et dans ce cas, Ferrari est condamnée.

Or, il n'y a pas consigne d'après la FIA, mais Ferrari est condamnée malgré tout...

Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer pourquoi un innocent est coupable et vice-versa ????????

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrari au dessus des lois ?

Message par Invité le Sam 11 Sep - 18:18

C'est bien le problème des Conseils mondiaux et autres conseils de discipline. Ils sont quasi libres se statuer... ils n'ont pas une cour d'appel qui peut la désaisir, car si je ne me trompe pas, l'appel qui peut être fait est statuer en 2e instance par.. ce même tribunal!
Bref, tout ca pour dire que les conseils de disciplines n'ont pas un ordre juridique, un ordre légal à protéger dans leur cohérence, et ils n'ont aucun Interêt général à déservir. Ils font leur petite cuisine entre amis, avec leur combines et cie.
Je dois bien avouer qu'en tant qu'étudiant confirmé en droit, je suis décu du comportement de cette institution, qui n'a d'autant plus pas beaucoup de cas à traiter ( pas débordée ) et qui statue souvent de manière invraisemblablement incohérente sur des affaires claires ( où les faits sont plutot avérés et reconnus).

charles

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

FERRARI au dessus... du lot cet après-midi !

Message par Invité le Dim 12 Sep - 13:54


Tout ce que je peux dire c'est que j'ai bien aimé la réaction d'Alonso et de toute l'équipe cet après-midi à Monza cheers cheers cheers cheers cheers

Cordialement,

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrari au dessus des lois ?

Message par Invité le Lun 13 Sep - 12:00

decision logique et illogique etant donné que jean todt specialiste des contestations et des consignes de course, en étant nommé a la tête de la FIA allez changez quoique ce soit vous reviez la catégorie reine se meurt car il n'y as plus de différence entre les GP2 et la F1, une loi transgressé par toutes les équpies, ferrari en as la primeur, une petite amende de temps en temps pour faire semblant, chez ferrari les pilotes n'existent pas sauf un certain schumi payer une fortune avec une F1 conçu spécialement pour lui, il as toujours existait un pilote , le 2éme servant a fournir les réglages, hors la massa tres bon pilote mais un directeur de team incompétent as etait deçu par cette consigne et a tue une superbe bagarre
dommage pour le spectacle et que massa ne reagisse pas sauf a monza pas d'erreuers super poduim mais le grand patron était la super Alonso pour les tours de records du tour cheers

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ferrari au dessus des lois ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum