A quoi jouent les autorités françaises ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A quoi jouent les autorités françaises ?

Message par Cmoi le Mar 29 Déc - 20:46


Par Emmanuel Moine (Cazzu)

Enfin ! Le sondage que tous les amoureux de F1 et de sport automobile, en général, attendaient, depuis longtemps, est tombé. 67% des français sont ainsi favorables aux sports mécaniques et 62% ne veulent les voir disparaitre pour un choix écologique du renoncement. Pourtant, Dieu que cette saison 2009 aura montré que, notre pays, précurseurs dans le genre, s’enlise et reste impassible face à une chute qui depuis 10 ans, inquiète les plus puristes d’entre nous. Constat et enquête.
Le 19 Mai 1996. Cette date vous semble peut-être anodine, il s’agit en faite de la dernière victoire française en grand prix, Olivier Panis, dans des conditions dantesques à Monaco. Depuis, plus rien… Plus jamais, depuis Jean Alesi, au grand prix de Spa en 1998, un pilote tricolore ne remontera sur un podium. Certains « bons » se sont tout de même succédés, Montagny, Bourdais et maintenant Grosjean, mais ni leur monture, ni la presse de leur pays ne leur aura laissé une chance de s’affirmer et de s’installer en F1. Le problème est profond, surtout lorsque l’on regarde le cas du dernier cité. Nos pilotes son techniquement bons. Ils ne gagnent pas, ou n’arrivent pas à rester plus d’une saison dans le circus. A l’heure où les paddocks s’agitent de rumeurs de transferts en tout genre, à l’aube également des chaises musicales provoquées par le départ d’Alonso, on est en mesure de se demandé, si oui ou non, nous aurons, un voir plusieurs représentants tricolores, dans la plus grande des disciplines. Briatore ne voulait pas imposé un français, pour des raisons multiples et variées. Grosjean risque de partir parceque le management à la Briatore ne convient plus aux médias et à l’écurie au losange. Nous nageons en plein paradoxe. Celui d’un public hexagonal, éprit d’amour pour les grands pilotes et ses grands pilotes, mais à qui personne n’offre la chance de voir ses tout meilleurs jeunes ou champions confirmés courir, chaque Dimanche, sur tous les circuits du monde. En 1983, la F1 comptait six français. A l’issue de cette même saison, ils totalisaient 8 victoires et 157 points, ce qu’aucune nation n’a jamais pu égaler. Patrick Tambay, consultant pour RMC-BFM et ancien de cette génération là, nous a expliqué, ou se situent les carences de nos jeunes : « Quand on prend Bourdais, Grosjean, et surtout cette nouvelle génération mené par Bianchi, le talent est là, mais aujourd'hui les pilotes français doivent se mettre en situation de valorisation et de reconnaissance de leur talent par d'autres moyens : courir à l'étranger en est un, représenter des valeurs physiques, intellectuelles, techniques, médiatiques, relationnelles, de marketing en plus de leur valeur et de leur talent de pilote ». En définitive faire ce que les pilotes, d’autres nationalités, font depuis des années. Prenons le cas Grosjean dès à présent. Soutenu par un constructeur champion du monde, un talent déjà affiché en GP2, jamais en F1. Que manque-t-il à notre dernier représentant ? « Le conseil » souligne Jean Louis Moncet, qui met en exergue également les limites du management de Briatore, au travers des conseils de Bruno Michel. « Quand vous avez un pilote qui se sent mal dans sa peau, qui vit chaque interview comme une agression qui n’a pas cette décontraction que seuls les grands de ce monde ont toujours réussi à développer… vous ne pouvez être serein ». A Patrick Tambay d’ajouter : « « A l'époque Elf et François Guiter voulaient trouver et former un remplaçant au regretté François Cevert, d'où cette sponsorisation et ce soutien important à toute une génération de pilotes ». Et si le problème venait alors du côté des partenaires. Renault n’offrirait t’il pas les mêmes chances à Grosjean qu’à Prost, Pironi, Jabouille… ? La réalité de la F1 a bien changé, l’époque s’est métamorphosée. Encore que les nouveaux sponsors du sport automobile français ne semblent que peu actifs, quand on les compare, notamment, avec leurs homologues espagnols ou britanniques. Ou est Total ? Que fait Orange, seul opérateur multinationale à ne pas communiquer en F1 ? Rappellez-vous de cette époque pas si lointaine, quand, entre 1997 et 1999, Prost GP, était une écurie bâtie à 100% sur des fonds venu de l’hexagone. Bic, Canal +, l’Oréal, Alcatel, Safran et j’en passe, tous soutenaient ce défi à la française, cette expression du savoir faire. Il est vrai que le départ des cigarettiers n’a pas arranger les choses et que la France a été obligé de voir Altadis arrêter son effort de soutient. Ligier a notamment toujours vécu de ce dernier. Les sponsors s’attachent désormais à s’offrir de la visibilité sur les week-ends de grand prix ou sur les voitures plutôt qu’à soutenir des pilotes. Eternelle explication, ceci explique, en partie, peut-être, cela. La filière Elf avait une mission, Total doit être vu.
S’en prendre aux pouvoirs privés, est, toutefois, trop facile. La question du grand prix de France, qui n’apparait plus au calendrier depuis 2007, est, sans aucuns doutes, le symbole d’une formule 1 que notre pays délaisse. On nous annonçait, voilà deux ans, la construction d’un circuit en plein Paris, aujourd’hui le projet semble être au point mort. Et c’est ici qu’apparait la question prédominante, « ou sont passés les pouvoirs publics ». On a quitté notre cher gouvernement, sur la question d’un grand prix à Flins, jugé pas assez écologiques. L’hypocrisie, d’un Borloo, soutenu par Hulot, Cohn Bendit et consorts, défavorables à voir une vingtaine de coureurs tourner en rond pendant deux heures et jouant de « mesurettes » face aux industries polluantes et autres comportements sur productifs et abimant notre planète jour après jour. Lorsque l’on voit le seul François Fillon, soutenir l’idée d’un grand prix de formule 1, dans notre pays, il y a quand même de quoi avoir peur. Et que dire de la mise à l’écart du dossier Sarcelles, qui dynamiserait un pole francilien fragilisé par la fracture sociale et une misère grandissante. La démagogie politique en a décidé autrement, car la vérité se trouve ailleurs. Ceci n’est pas choquant, mais il est vrai que les valeurs de ce sport ne sont plus aussi positives qu’avant. Sur le plan politique, les valeurs de la F1, n’apportent pas autant à l’image que le Rugby, le Handball ou encore le Football. Trop bling bling, pas assez proche des spectateurs, trop masculin, voilà ce que les décideurs de notre société ont décrété. A tord, car toujours selon ce même sondage, mené par FFSA, le principal public de cette discipline ne se situe pas en haut de l’échelle social. Ainsi 72% des ouvriers sont des sympathisants du sport automobile contre 56% aux cadres et professions libérales. Non la F1 n’est pas un caprice de riches, malgré tous les clichés qui gravitent autour de sa sphère.
Comme un euro de football, en 2016, un grand prix de F1 représenterait une énorme manne financière. Lorsque l’on jette un coup d’œil aux audiences télévisuelles, la preuve n’est plus à fournir. Quand on pense, qu’en 2006, au GP du Brésil, lors du final entre M.Shumacher et F.Alonso, 8,7 millions de téléspectateurs (48,9% de PDM) ont regardé TF1 à ce moment là, alors le doute n’est plus permis. Une comparaison est notamment intéressante à faire lorsque l’on parle de l’impact d’un pilote français sur les audiences de F1. Les deux titres de Renault ont ramené les télespectateurs vers leur télévision, puisqu’en 2003, seulement 3,3 millions de personnes, en moyenne, regardait chaque dimanche leur grand prix, sous domination Ferrari. Si le titre d’un pilote espagnol, sur une voiture française peut amener près de 6 millions de téléspectateurs en plus, alors qu’adviendra t’il si Grosjean ou Bianchi venait à succéder à Alonso ?! En économie, on dit qu’un grand fait sportif, amène jusqu’à un point supplémentaire de croissance économique. Ce fut notamment le cas, lors de la victoire des bleus en 98, il est donc difficile de comprendre, pourquoi aujourd’hui, les autorités françaises peinent à montré leur dynamisme dans certains dossiers (comme l’euro 2016 ou le GP de France) où la rentabilité économique et populaire n’est même plus à prouver. Nous pouvons, directement, en venir à TF1. La chaine, qui retransmettra les courses, au moins jusqu’en 2012, n’arrive même pas à consacrer un temps d’audience aussi importants que ce que les radios comme Europe 1 et RMC, détentrices des droits, ne proposent aux passionnés. En comparaison avec l’Italie avec la Rai Due, TF1 diffuse jusqu’à trois heures d’images en moins par week-end de grand prix. Comment voulez-vous faire rêver les jeunes ? Que dire également de l’émission Auto Critiques (que notre cher Fab nous permet de regarder sur ce site), sorte de 100% Foot pour la Formule 1 qui ne passe que sur une chaine du câble (ndlr : Eurosport) et dont la survit n’est toujours pas assurée pour la saison prochaine. Dernière preuve du système TF1, Marion Jolès, la consultante de charme de la chaine, et accessoirement, compagne de Romain Grosjean, s’occupe également de l’après course et de l’après qualification sur la chaine italienne, TF1 ne lui offrant pas assez de temps d’antenne. Tout ceci ne contribue pas au rayonnement de notre pays. On dit souvent que le dynamisme d’un pays se retrouve dans les résultats sportifs. On comprend mieux pourquoi il se fait bien longtemps que nous n’avons pas assisté à un exploit, et ceci n’est pas valable, uniquement pour la F1.
Enfin, Renault. Epineux problème. Sans l’écurie au losange il est clair que le désamour pour les courses de F1 serait d’ors et déjà prononcé. La marque française a montré, grâce à son savoir faire, grâce aussi à son sens de la course qu’elle n’avait rien à envier aux budgets 2 à 3 supérieur au sien. Renault a donné du panache et de la passion. Cependant, voila 3 ans, que les voitures françaises toussotent et que la logique communicative prédomine. Pour faire plus simple, la marque donne l’impression d’être en F1 pour distribuer des posters. Le sens de la gagne n’est plus là. D’autres problématiques découlent du rôle de Renault en F1. Pourquoi n’a-t-elle jamais donné pleinement ses chances à un pilote français, lui offrant la même chance qu’un Alonso ou Kovalainen ? Si l’on prend également l’affaire du « crash gate », l’état de fond de grille, dont fait l’état actuellement Renault, il ne parait pas aussi sûr que tous les moyens soient donnés à l’écurie pour retrouvé la voie de la consécration. L’écurie semble, en tout cas, beaucoup plus éloignée d’un titre que de la sortie. Il n’y a plus qu’à souhaité l’arrivée d’un homme fort à la tête du team l’an prochain. Il serait aussi utile qu’un ancien pilote français, suive les nouveaux arrivants pour leur expliquer les ficelles et pour les représenter. Une sorte de parrainage, qui, assuré par un Jean Alesi, serait absolument fantastique. Attendons aussi beaucoup du probable retour aux affaires d’un Alain Prost, idole de François Fillon.
Il semble que le secteur privé a misé sur une rentabilité maximum et le secteur public par un dénigrement stratégique. Même si l’investissement, en temps et en argent, de chacun n’est pas suffisant une coopération Renault-TF1-Sponsors-Politique, amènerait à ce que la F1 soit un grand et beau sport en hexagone. Les gens iraient en famille au GP de France, pour voir leur idole. Je terminerai sur une note bien personnelle. J’aime et je suis la F1 depuis 1994, il n’y a qu’en 2005, en allant au Grand prix de France que j’ai compris que ce sport était aussi un spectacle de bruits et de courage fantastique. Une seule revendication ! Permettons aux familles de passionnés, ou tout simplement aux familles françaises de partager ce moment d’intense bonheur et de ne plus vivre sa passion de manière cachée. Les vertus de ce sport vont au delà des cloisonnements bof, anti écologiste ou autres que la démagogie impose aujourd’hui. La F1 a 60 ans d’existence aujourd’hui et jamais la France n’a paru aussi proche de la sortie totale d’une discipline qu’elle a créé.

Cmoi
FOM
FOM

Masculin Messages : 36
Age : 44

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi jouent les autorités françaises ?

Message par Enigma07 le Mer 30 Déc - 17:58

Le problème c'est que l'ont a des incapables notoires à la tête de l'Etat qui ne comprennent rien aux sport et aux voitures!

Il y a un mois a peu prés, j'ai entendu sur Stade 2, Chantal Jouanno qui est une responsable politique au gouvernement sur l'écologie et aussi ancienne championne de karaté qui disait : J'aime tous les sports car il ya une beauté de l'effort blablabla blablabla.....Même pas une semaine après, on apprenait qu'elle se félicitait du retrait du projet de Gp à Flins sous pretexte environnemental! Je trouve que ça fait désordre!!! Sois elle est aime tous les sports ou sinon qu'elle se taise mais qu'elle ne balance pas des idioties comme cela!!! M'enfin tant qu'il y a de l'espoir!

(Merci d'avoir lu ce petit coup de gueule)

Enigma07
FOM
FOM

Masculin Messages : 4134
Age : 29

Pronostics F1 2011
Scores Points / Temps Qualifs / Placés / Top 10 :
Position Points / Temps Qualifs / Placés / Top 10 :

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi jouent les autorités françaises ?

Message par Invité le Dim 3 Jan - 17:17

Je suis d'accord avec Mister GP (comme souvent d'ailleurs!).

L'espoir pour moi, vient de Jean Todt.

Pour le reste, la minorité contestataire (écolos, hommes politiques) est la plus présente dans les médias pour donner son opinion , qui n'est pas partagé par la majorité des français (c'est bête pour eux!).

Et ceux qui me parlent d'écologie sont les pires démagogues, dans un pays ou l'on a poussé à l'extrême les voitures diesels (interdites dans les grandes villes japonaises comme par hasard....), il pourrait nous parler des particules et du dioxyde d'azote dans ce cas ! (cf tous les rapports d'impact sanitaire sur ce sujet qui sont actuellement passés sous silence).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi jouent les autorités françaises ?

Message par Enigma07 le Dim 3 Jan - 17:58

Oui tu as tout a fait raison! Alain Prost a d'ailleur récemment dénoncé cette démagogie outrancière envers le sport auto!

De toute façon faut bien ce dire aussi que depuis que l'homme est sur terre il pollue son environnement et il y aura toujours de la pollution! après il y a diffèrente façon de le faire...! Mais la en ce moment l'écologie est vraiment utilisé juste a des fins politiques!

Enigma07
FOM
FOM

Masculin Messages : 4134
Age : 29

Pronostics F1 2011
Scores Points / Temps Qualifs / Placés / Top 10 :
Position Points / Temps Qualifs / Placés / Top 10 :

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi jouent les autorités françaises ?

Message par Invité le Mar 5 Jan - 17:46

Je pense que Jean Todt sera un bienfait pour le sport automobile en général ... et surtout qu'il ne se laissera pas influencé par ce nain de jardin de bernie Eccleston grand détenteur des droits F1 .

Jean Todt ne cherche pas à plaire , il fait son boulot et il le fait bien . Voir ces réussites chez Peugeot (chamion du monde des rallys et d'endurance) et chez Ferrari avec 7 titres de champion du monde pilote et constructeur ... sans jamais se laisser influencer par la presse italienne .Ca présage du remu-ménage ...

Pour ce qui est du grand prix de FRANCE , ce qui gène le plus , c'est que le nain de jardin veux à tout prix un grand prix a Paris .... ce qui est plus ou moins possible mais , on a quand mème deux circuit minimum capable d'acceuillr un grand prix : Nevers magny-cours et le castelet ... pourquoi vouloir a tout prix se faire imposer un grand prix a Paris ... en plus l'autoroute menant à Nevers est finit ...

Aujourd'hui à la tv , j'ai entendu que Flavio Briatore avait gagner au tribunal contre la fédération et qu'il pouvait donc retravailler de nouveau pour une écurie automobile .... ça sent le réglement de compte !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi jouent les autorités françaises ?

Message par Invité le Ven 12 Mar - 12:18

pour qu'un projet de circuit francais soit accepte, il faut que les courses qUi s'y derouleront soit compensees carbone.
CQFD

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi jouent les autorités françaises ?

Message par Invité le Jeu 18 Mar - 10:36

Bizarrement je ne suis pas aussi convaincu par le fait que jean todt va bouleversé le visage de la F1, certe comparé a Mosley c'est difficile de faire pire mais le probleme, c'est que j'ai peur que todt n'ai pas la liberté de mouvement et d'initiative qu'il pouvait avoir en tant que directeur d'équipe.

Et je suis d'accord avec vous, un des gros problème de la F1 c'est que l'écologie est a la mode en ce moment!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi jouent les autorités françaises ?

Message par cazzu le Ven 19 Mar - 16:02

Roland garros polue trois fois plus qu'un gp de f1 en france !
On annulé Roland Garros ?
avatar
cazzu
Pilotes GP3
Pilotes GP3

Masculin Messages : 228
Age : 29
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi jouent les autorités françaises ?

Message par cazzu le Ven 19 Mar - 16:03

Le problème je pense pas que c'est l'écologie qui est à la mode mais bien un outil de démagogie !
avatar
cazzu
Pilotes GP3
Pilotes GP3

Masculin Messages : 228
Age : 29
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi jouent les autorités françaises ?

Message par Invité le Ven 19 Mar - 16:24

roland garros gagne suffisement d'argent pour etre autonome et n'a pas a demander l'avis des elus
et puis la pollution du tennis ca ne ce vois pas, c'est comme le golf qui parait etre un sport ecologique alors que les terrains de golf epuisent les nappes phreatiques avec leur besoin colossal en eau
je pense que l'avenir d'un gp de F1 en france passe par la reabilitation d'un circuit existant peu importe lequel

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi jouent les autorités françaises ?

Message par Invité le Ven 19 Mar - 16:27

et si le nain de jardin le veux a Paris il y a montlhery. je parle de l'emplacement existant pas du vieux circuit

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi jouent les autorités françaises ?

Message par Invité le Sam 20 Mar - 3:39

boudhaviet a écrit:je pense que l'avenir d'un gp de F1 en france passe par la reabilitation d'un circuit existant peu importe lequel

Tiens je viens d'entendre quelqu'un murmurer Circuit Paul Ricard... C'est pourant pas l'heure de l'apero...

A+

-Michel

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi jouent les autorités françaises ?

Message par cazzu le Mar 23 Mar - 11:39

je fais mes études à Sarcelles, or ce serait une immense fierté de voir un circuit s'y développé ce serait beau. Ca serait mon choix affectif, après Magny Cours avec un certain réaménagement peut faire l'affaire également !
avatar
cazzu
Pilotes GP3
Pilotes GP3

Masculin Messages : 228
Age : 29
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi jouent les autorités françaises ?

Message par Invité le Mer 24 Mar - 1:00

Un GP de France est possible faut juste le vouloir.
-Magny-Cours. Juste tenir les paroles donné à tonton Bernie, accés, capacités hotellières, bling-bling, etc...
-Le Ricard. Il appartient à tonton Bernie. Les défauts: accés, capacités hotellères, bling-bling, merde je me repette, tribunes.
-Montlhéry. Refaire le circuit et les mêmes défauts que les autres circuits.
-Sarcelles. Euh, faire un circuit.

Donc si je résume en France on ne sait pas faire des circuits avec des autoroutes, des trains, des aéroports, des hotels et du bling-bling.
Bon, on vire tonton Bernie et on a notre Grand Prix de France, la seule grande nation du sport mécanique non représentée en F1.
En 1950:
GP d' Angleterre. Présent.
GP de Monaco. Présent.
500 miles d' Indianapolis. Absent.
GP de Suisse. Absent. ( interdit par la loi depuis l'accident des 24h du Mans 1955)
GP de Belgique. Présent.
GP de France. Absent.
GP d' Italie. Présent.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: A quoi jouent les autorités françaises ?

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum